Un physio en cardio, kessé ça fait

La physiothérapie ne s’occupe pas seulement des blessures de nature orthopédique (fracture, entorse, blessure sportive, etc.). Il y a en fait trois grands champs de pratique : l’orthopédie (le plus connu), la neurologie (les accidents vasculaires cérébraux par exemple) et la cardiologie/pneumologie (probablement le moins connu). On retrouve aussi plusieurs champs secondaires (si on peut le dire ainsi) comme la pédiatrie, la rééducation périnéale, l’oncologie ou bien les grands brûlés et plusieurs autres. Je travaille en orthopédie mais aussi en réadaptation cardiorespiratoire à l’Institut de Cardiologie de Montréal. Souvent les gens que je rencontre sont étonnés et me disent :

  • Mais qu’est-ce qu’un physio fait à l’hôpital ?
  • Ah oui, il y a des physios aux soins intensifs ?
  • Tu fais faire de la gymnastique au patient ?
  • Tu fais bouger les patients ?

C’est un domaine bien peu connu malheureusement et les gens ignorent souvent l’étendue de nos compétences en tant que physiothérapeute.

Mon rôle

Je peux séparer mon rôle en deux catégories distinctes. Premièrement, aux soins intensifs en particulier, les physiothérapeutes interviennent souvent au niveau respiratoire pour aider le patient à mieux respirer et à sortir ses sécrétions (quoi ? dégueu !). Les complications respiratoires sont fréquentes après une chirurgie cardiaque ou pulmonaire et nous voulons minimiser les conséquences.

Deuxièmement, j’assure la mobilité des patients. Je tente de faire bouger les patients le plus rapidement possible à la suite de l’opération et ce, d’une manière sécuritaire (c’est le cœur qui a été réparé, ne l’oublions pas). Parfois nous faisons même bouger des patients intubés (sous ventilateur mécanique) pour éviter les complications musculaires de l’inactivité.

Physiotherapie soins intensifs

Les défis

La tâche est souvent complexe car je travaille avec des patients à risque de complications cardiorespiratoires. L’analyse du dossier médical, des données de laboratoire et de beaucoup d’autres facteurs est primordiale pour la sécurité du patient. En récompense, le patient est souvent très reconnaissant, surtout quand il revient de loin et qu’il voit le progrès.

À domicile

Qu’est-ce que je peux apporter au patient une fois sorti de l’hôpital ? Les patients ont souvent peur de bouger et de faire de l’activité physique après une chirurgie ou un infarctus (crise du cœur). Je peux donc les guider et leur proposer des exercices adéquats et sécuritaires en fonction de leur condition.

Pour les patients avec une condition cardiaque ou pulmonaire chronique (eau sur les poumons, emphysème, insuffisance cardiaque), la physiothérapie peut aider à diminuer les symptômes comme l’essoufflement ou la fatigue et améliorer la qualité de vie du patient.

Voilà sommairement, mon travail en tant que physiothérapeute en réadaptation cardiorespiratoire.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s